Oui si vous vous sentez seul et voulez vous faire des amis, Fatall est l'arme ultime. A moins d'être au fond des bois (j'ai failli écrire au fond du Cantal mais certain pourrait mal le prendre...) il est garanti que vous engagiez une conversation moins d'une minute après l'avoir enfourché. Ce ne sera pas forcément une jolie fille (mais ça marche aussi avec les jolies filles rassurez-vous !) mais certain, au guidon de Fatall on ne peut pas se sentir seul...

DSC00749

... enfin sauf le jour où, autour de mon atelier (qui équivaut largement au Cantal en termes de densité de population), je me suis rendu compte que la potence n'était pas serrée et que le guidon commençait à tourner... Oui là j'avoue avoir vécu un grand moment de solitude au guidon de Fatall. Mais même dans cette situation désespérée 2m au dessus du plancher des vaches, un buis salvateur m'a tendu les branches (ses pauvres branches ravagées par la pyrale).

Une autre situation pour laquelle Fatall est vraiment l'arme ultime, c'est pour aller chercher les pizzas que vous avez commandées alors que vous êtes une bonne vingtaine. Aucun souci Fatall s'occupe de tout. Le seul danger est de croiser plein de jolies filles sur le trajet retour. Les pizzas vont arriver froides. On appelle ça le deuxième effet kiss cool... Elles vont aussi arriver collées aux cartons qui n'auront pas manqué de se ramollir avec la vapeur sauf si le pizzaïolo a pris soin de mettre les petites tables à trois pieds pour playmobil qui ont trouvé une deuxième vie dans la lutte anti écrasement des carton de pizza.

DSC00748

Fatall c'est de la faute à Fat(sc)al ! Ben oui tout est toujours de la faute à Pascal. Il m'a trop redonné envie de rouler sur un tall bike en m'envoyant le lien vers "tall bikes will save the world". Et comme Atom Earth Mother est en avancée très lente, genre artiste qui attend l'inspiration, il m'a fallu un truc vite fait à me mettre dans l'entrejambe. A noter que mon entrejambe n'est que de 82 cm donc il faut feinter pour enjamber cette jolie monture. Alors j'ai sorti de sous l'établi plein de morceaux de vélos : du Décathlon évidemment, du Surly et bien sûr de la Salamandre. Puis j'ai commencé à tronçonner et à souder, sans rien dessiner évidemment parce que dessiner c'est tricher ! J'ai sorti une seule fois le mètre pour dégrossir l'angle de direction avec la règle 1cm / 60cm = 1 degré. Une fois le cadre soudé, je l'ai posé sur une paire de roues pour constater qu'il était encore 20cm plus haut que Atom Earth Mother (vous saurez pourquoi Atom Earth Mother quand vous la verrez, mais c'est pas de suite...).

IMG_1556-18-10-17-07-11

Il ne vous aura pas échappé que sur la mouture non peinte il y avait un arrière Salamandre de première génération et un porte bagages. Mais ils cassaient la dynamique visuelle de la grande courbe qui monte à la selle et le porte bagages était inutilisable à cause de la chaine. Donc j'ai refait tout ça avant la peinture. La couleur de la selle et des jantes de trial, qui trainaient sur une étagère depuis des années, et un envoi de vert Kawa programmé ont déterminé l'harmonie picturale de l'ensemble. Ainsi peint, Fatall est franchement discret (c'est sa caractéristique première, la discrétion) et se noie à merveille dans un environnement printanier de feuilles vert tendre et de fleurs blanches, ce qui est très pratique pour un mois d'octobre.

DSC00747

Voilà vous aurez aussi évidemment bien compris que Fatall est la contraction de fat tall (bike), même si, en définitive il est franchement plus tall que fat... Ah oui, un dernier point, si vous en voulez un, je vous filerai quelques tuyaux bien pratiques, mais ce sera à vous de le penser, de récupérer les morceaux de vélo et de faire le boulot. C'est la règle ("tall bikes will save the world" à 23'00") !

Bon allez je vous laisse, je m'en vais faire le tour de mon territoire du haut de mon mirador à roulettes.

DSC00750