Et voici l’épisode 2 de notre feuilleton sur l’évolution géométrique des Salamandre. Nous nous étions quittés en 2014 avec Hulk, mon premier « big fat » dont le tempérament n’était, à mon goût pas aussi vif que ses couleurs le laissaient supposer. Il me fallait donc creuser encore un peu et me fabriquer un nouveau vélo.
 
Double 4, la synthèse : C’est à Double 4 qu’est revenue la mission de concilier les avantages de Hulk (ces gros pneus au comportement fabuleux) et du Citron (ce comportement de gros BMX). Elargissement du moyeu arrière (170mm pour un dinglespeed) pour augmenter la ligne de chaîne et permettre au pneu de se rapprocher du boîtier de pédalier, aidé par une grande couronne de seulement 30 dents. Plus court encore que le Citron pour compenser un poil de BB drop en plus. Double 4 parce qu’il portait tout simplement le numéro 44, un chiffre puissamment symbolique pour moi. C’est aussi le vélo sur lequel j’ai testé le dinglespeed. Un  samedi matin d’octobre 2014, Pascal m’a fait découvrir les joies du portage sur la crête du Serre de Barre, que nous découvrions aussi. A la descente je me suis senti sur Mon Vélo : tolérant, confortable et roulant comme Hulk, joueur comme le Citron ! Parfait !!! Ce matin là j’ai aussi rencontré Cendrine. Trop de découvertes en quelques heures. Mes vertèbres n’ont pas supporté et Pascal a fini seul son WE pendant que je restais allongé…

Double 4-04

Double 4-03

Lara 1, à l’assaut de la pente : Le potentiel de Double 4 combiné à la soif de Pascal de découvrir les cailloux ardéchois nous ont poussés jusqu’au Tanargue où a priori on devrait trouver ce qu’on cherche. Une trace sur la carte IGN, coup d’essai, coup de maître, nous découvrons une descente magnifique : épingles, pente, rochers, dévers, paysage, tout y est ! Sur ce terrain où je suis proche de mes limites techniques me prend l’envie d’un vélo plus adapté, plus propice à engager dans la pente raide et suffisamment étroit aux pédales pour ne pas accrocher les rochers : une guerrière avec deux gros poumons et une taille de guêpe. Lara Croft quoi… Le futur vélo est déjà baptisé, et la descente aussi… Quelques semaines plus tard nait la premiière version de Lara. Des bases réduites au minimum grâce à une plaque soudée en guise de Yoke, une potence très courte pour repousser la roue avant plus loin à position donnée, un boîtier 2cm plus bas, une direction plus couchée de 1°. Je me vois arrêté sur un gros rocher, simplement lâcher les freins et me reculer pour permettre au vélo de sauter. Je me dis que le vélo sera moins rigolo que Double 4 mais qu’il devrait être diaboliquement efficace. Je confie la belle à Pascal qui découvre instantanément son potentiel et en redemande. Mais il aura tôt fait de massacrer ce cadre un peu sous dimensionné que je n’aurai pas le temps d’essayer personnellement.

DSC00075

Lara 2 et la Dompteuse : Lara 2 (la version que Pascal, devenu Fatscal a rendue célèbre) et la Dompteuse (pour dompter l’Indomptable, une descente très proche de Lara que Pascal a découverte juste après) sont les premières filles de Lara 1. Pascal prend réception de sa belle lors du WE de la 100ème Salamandre, fin novembre 2015, et exploite instantanément Lara. Je mets un peu plus de temps que lui à dompter la Dompteuse. Roulant plus sur la défensive que Pascal, j’avais tendance à me mettre trop sur l’arrière et à perdre l’adhérence de la roue avant.  Je tape aussi plus souvent les pédales au sol. Mais en trois jours, je prends le coup de main et je découvre une tolérance exceptionnelle dans le très technique et surtout, un vélo tout aussi joueur que Double 4 ! Ça c’est une excellente surprise (et une mauvaise nouvelle pour Double 4). La géo Double 4 est définitivement abandonnée au profit de la géo Lara, à savoir des bases autour de 410mm (voire 400), un BB drop de 60, un angle de direction de 68° (parfois 67°) et une potence de 35mm. Sur la troisième photo on voit à l'oeil nu la différence de géométrie entre Double 4 et la Dompteuse. A position identique, Double 4 est plus haut et plus court avec des bases un peu plus longues.

rédemptrice 2

Saint Remèze

Double 4-Rédemptrice-04

La Mule encore plus loin : Fatscal cherchant des terrains de plus en plus fat, de plus en plus raides a voulu un vélo qui allait encore plus loin que Lara. Nous avons donc créé la Mule dont la roue avant est encore 5cm plus en avant grâce à un angle de direction plus couché (65°) et un déport de fourche de 60mm (contre 50 habituellement chez Salamandre). Dans le même temps je me suis bricolé un vélo test (El Burico) avec 66° d’angle de direction mais une potence de seulement 10mm qui devait donner un résultat comparable. Le résultat a été que Fatscal est devenu plus fat que jamais, a repoussé encore et encore ses limites alors que moi, toujours plus sur l’arrière que lui, ai été incapable de contrôler l’avant du vélo à l’exception des dalles homogènes à l’adhérence exceptionnelle. Fatscal a adoré repousser ses limites sur les terrains extrêmes, en revanche, sur les terrains rapides et fuyants, il devait lui-même tout mettre en œuvre pour maintenir l’adhérence de l’avant. Par ailleurs, le vélo avait perdu une bonne part de son côté ludique. Ce n’était plus un jouet, seulement une arme à grosses pentes. La limite était atteinte.

Aujourd’hui la géométrie des fats Salamandre est dérivée de ces vélos. L’essai client me permet de déterminer s’il est judicieux de pousser jusqu’à une géométrie de type Lara (pour quelqu’un qui veut un vélo à piloter, qui cherche à jouer et à se confronter aux terrains difficiles) ou si je dois choisir des paramètres plus sages pour un pilote moins technique qui cherche juste à se balader (voire à rouler vite mais dans une pratique plutôt orientée X-Country).

Et Double 4 dans tout ça ? Je tenais à ce vélo, mais sa géométrie ne me convenait plus. J’avais pris l’habitude de vélos plus tolérants dans la pente. Alors je l’ai tronçonné, conservé les morceaux réutilisables (ensemble bases, ensemble haubans, boîtier de pédalier, douille de direction, cintre de tube de selle) et je l’ai reconstruit avec de nouveaux tubes avant sur une géométrie type Lara. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme disait Lavoisier...

Dans le prochain épisode, je vous parlerai de comment j’ai extrapolé ces leçons de géométrie aux non fats. A bientôt !




Let’s go for season 2 of the Salamandre geometry evolution story. Last time we stopped with Hulk, my first « big fat » which behavior was not satisfying to me : not as playful as its shinny colours could inspire. So I had to dig a little bit deeper and build me a new bike

Double 4, the synthesis : It’s Double 4 who’s got the mission to mix Hulk’s tyres wonderful rolling and comfort and Citron’s fat BMX behavior. The rear hub had been enlarged (170mm what’s large for a dinglespeed bike) to enhance chainline and allow the tyre to get closer to the bottom bracket. The largest chainring was also only 30 teeth. Double 4 was shorter than le Citron to compensate a little bit higher BB drop. Double 4 because its serial number is 44, a powerful number and a symbol to me. It was also the first bike on which I tested dinglespeed. One morning of october 2014, Pascal made me discover the joys of hike-a-bike on the Serre de Barre crest (the mountain just ahead les Vans that we were also riding for the first time). Riding downhill, I really felt that I was riding My Bike : comfortable, easy rolling and forgiveness like Hulk, and as playful as le Citron ! Just perfect !! This morning I also met Cendrine, my partner. Too much for one single morning. My vertebra said stop and I spent the rest of the WE in my bed, letting Pascal discover the country alone...

Lara, the steep downhill weapon : Double 4’s potential, combinated with Pascal’s thirst for discovering Ardèche’s rocks led us to the Tanargue, a mountain chain 40km from here, where maybe we could find what we were seeking. A track on the map and the first trial was a succes. We discovered a wonderful downhill : tight corners, declivity, rocks, landscape : everything was perfect. On this downhill I felt clos to my skill limits and came to my mind the need for a more accurate bike, made to face steep downhills and narrow at the pedals not to hit the rocks on the sides : a warrior with big brests and thin waist. Lara Croft… The future bike wasn’t built yet but its name was found ! And the downhill was given the same name. A few weeks later, Lara was born. Very short chainstays thanks to a kind of yoke made from a stainless steel plate, a very short stem to make front triangle longer without changing the position, 20mm more BB drop, 1° less on heattube angle. I wanted the bike to be able to jump down from a big rock at zero speed. In my mind this bike should be less playful than Double 4 but much more efficient on technical tracks. I lend it to Ascal who immediatly discovers its potential and asks for more. But he soon distroyed the frame as it was not strong enough and I had no occasion to test it.

Lara 2 and La Dompteuse : Lara 2 (the Lara that became famous on Fatscal’s videos) and La Dompteuse (the Tamer, to tame l’Indomptable, the untamable, a very difficult downhill very clos to Lara  Pascal discovered a few days after) were Lara 1’s first daughters. Pascal used Lara for the first time during Salamandre 100th WE, on november 2015. He immediatly felt easy riding it. I needed a little bit more time to tame la Dompteuse. My position on the bike is more backward (chicken position…) than Pascal’s and I often loose the front wheel’s grip. But 3 days were enough to adapt my riding to la Dompeuse and I discovered its wonderful forgiveness, but the very good surprise was the fact that the bike was nearly as playful as Double 4. Double 4’s geometry had no more reason to be continued and Lara’s became Salamandre standard geometry : chainstays around 410mm (or even 400), 60mm BB drop, 67-68° headtube angle and a bike designed for a 35mm stem. On the third picture, the geometry difference between Double 4 and la Dompteuse is obvious. The pilot's position on both bike is the same, but Double 4 is shorter and higher and with longer chainstays than la Dompteuse.

La Mule, further : as Fatscal was seeking fater and fater, steeper and steeper playgrounds, he wanted  a more extreme bike. So we built La Mule which front wheel is 5 cm further forward thanks to a laid down angle (65°) and 60mm fork rake (Salamandre standard is 50mm). At the same time I built for myself El Burico (66° / 50mm for a 10mm long stem) to compare both solutions. The result was that Fatscal became fater than ever and pushed his limits further and further as I wasn’t able to use El Burico (excepted on very grippy pure rocky grounds) because of my chicken position on the bike. Even Fatscal faced difficulties to ride la Mule at high speeds on slippery grounds and he had to keep in mind to load the front wheel. The bike also lost its playful behavior. It was a steep downhill weapon but not a toy anymore. We had reached to the limit !

The current Salamandre’s geometry comes from these bikes. The customer’s test ride allows me to determine if it’s wise to choose Lara’s geometry (for a quite skilly rider who wants a playful behavior or to use his bike on technical playgrounds) or if I must choose a kinder geometry for someone who just wants to have quiet rides (or even ride fast but XC style).

And what about Double 4 ? This bike was My Bike, but it’s behavior was not fitting my needs anymore. I had became used to more forgiving bikes on steep downhills. So I cut it and used the re-usable parts (chainstays, seatstays, seattube bend, headtube, bottom bracket) to rebuild it with Lara’s geometry. "Nothing is lost, nothing is created, evrything is transformed" as Lavoisier said…

In the next season, I’ll tell you how I transfered these geometry lessons to non fat bikes. See you soon...