Petit ras le bol du jus Breuss hier après midi. Après une sieste au soleil qui m'a fait le plus grand bien, je me suis attelé à presser mes légumes (betterave rouge, celeri rave, carottes, radis noirs auxquels j'ajoute du citron sinon je n'y arrive vraiment pas...). Pas fan de l'extracteur. On en a un super mais ça reste long et pénible à nettoyer. C'est pas réellement plus long que de faire la cuisine mais c'est moins rigolo. Et à la fin ce jus m'est sorti par les papilles et j'ai commencé à glaner une cuilleré de purée de noisette par ci, un morceau de beurre par là (du gras, du gras, du gras ! Ras le bol de ce goût sucré !). Alors j'ai fini par m'autoriser un petit repas. Rien de bien méchant mais ça m'a fait du bien : salade de chou bien assaisonnée, un petit bout de fromage, un peu de purées de noisette, amande, cacahuètes, du beurre (oui tout seul, j'aime ça) et du chocolat noir 99%.

Hier je me demandais vraiment si j'allais repartir pour la seconde moitié mais ce matin j'ai envie de poursuivre l'expérience. Allez, encore 19 jours ! Le poids descend moins vite (de toute manière à 62kg il ne reste plus grand chose à grignoter).

Et hier soir, j'ai testé le bain hyperthermique. Je l'avais déjà testé en 2005 sur une grosse grippe. Hier c'était la première fois que je le testais sans symptomes. En revanche j'avais une toute petite tension. Je ne sais pas à combien elle est mais la cure l'a sensiblement abaissée. Je le sens au manque d'énergie et aux petits malaises vagaux quasi systématiques quand je me redresse un peu vite en ce moment. Mais cela n'a rien d'inquiétant. C'est normal qu'un corps volontairement sous-alimenté réduise ses fonctions.

La chaleur du bain n'est pas si difficile à supporter mais peut être cela est il dû à ma faible chaleur interne. Pendant la Baroudeuse, mon jeûne m'avait permis de bien mieux supporter la chaleur que les autres concurrents qui sont tombés comme des mouches. Contrôle des pulsations : 100 bpm, ce qui n'a rien de très étonnant, pour deux raisons à mon avis :

- tous les vaisseaux du corps étant dilatés, ils réclament une alimentation plus importante (ce qui est une très bonne chose : oxygénation, nettoyage...)

- le corps cherche à éliminer cette chaleur excessive en la transportant vers la tête, seul endroit à l'air libre

C'est quand même presque 3 fois plus que ma fréquence cardiaque au repos actuelle de 36 bpm mais pour moi c'est très loin de ce qu'on peut appeler des palpitations. C'est une fréquence de marche à pied et je ne sentais pas les pusations dans ma poitrine, je les ai prises au poignet.

Les 20 minutes sont passées assez facilement. Je vais peut être monter encore un peu le chauffe-eau. Là il fallait tout pour maintenir le 43° (j'ai bien rigolé l'autre jour à Carrefour avec juste mon thermomètre de bain au milieu des caddies débordants de bouffe et de PQ !!!). En revanche la sortie a été plus délicate.

J'avais le souvenir du petit malaise vagal de 2005. Alors avec ma tension très basse actuelle, je me doutais qu'il fallait que je me lève très doucement. Mais en réalité il fallait que je me lève très, très, très doucement !!! Passé le mi redressement, je me suis dit que c'était gagné et j'ai redressé le buste un peu vite. Je me disais qu'il fallait que je me sèche rapidement et que j'aille vite me mettre sous une couette si je voulais garder le bénéfice de la chaleur alors je ne voulais pas trop trainer. Je l'ai payé très vite. Le malaise vagal est arrivé relativement fort et j'ai du rester peut être deux minutes appuyé sur le rebord de la baignoire pour reprendre mes esprits. Au final rien de méchant mais il faut vraiment prendre beaucoup de précautions.

D'autant plus que ma crainte était infondée car même en prenant le temps de me sécher et de m'habiller, j'ai encore transpiré une grosse demi heure sous ma couette. Quand j'ai cessé de transpirer, je suis monté me rincer dans un bain qui était encore à 38°. Trop facile le bain à 38° et on se relève sans étourdissement !

Donc en complément de mon message précédent (dans lequel j'avais déjà souligné le fait de se relever doucement), je dirais aux personnes ayant déjà une tension basse de vraiment faire très très attention à ce point. Il est même probablement judicieux d'avoir quelqu'un à proximité, au cas où. Les effets du bain se feront de toute manière sentir encore un bon moment (une bonne heure dans mon cas entre le moment où le bain a ateint 43° et celui où j'ai cessé de transpirer).

Allez, le jour se lève et je crois que je vais aller continuer le rangement de l'atelier. C'est une activité impossible en télétravail, où je suis seul et où je vais à vélo sur une magnifique petite route sur laquelle je ne croise pas grand monde. Le confinement ici c'est très soft sans mettre persone en danger ! J'emporte avec moi mon jus Breuss ! Bonne journée à tous.