Si vous avez lu tout mon site, vous connaissez déjà Laure, ma gentille compagne à deux roues du quotidien à qui je faisais miroiter un hypothétique voyage en contrepartie du quotidien de labeur que je lui offrais. Si vous aviez apprécié sa robe ivoire et les courbes de son guidon, les photos de la belle ci-dessous vont probablement vous surprendre. Vous avez peut être déjà remarqué, sur un autre post, ce guidon prototype qui me permet d'adopter selon le terrain, des positions de type "route" dans les sections où ça déroule, ou plutôt "VTT" quand j'ai besoin de contrôle ou de me redresser. J'ai profité de quelques petites modifications sur le cadre pour la parer d'une nouvelle robe bleu-gris légèrement granuleuse qui se marie très bien avec son nouveau jeu de sacoches sable réalisées par Helmut (guidon, fourche) et Cévènavélo (cadre). Elle est encore appelée à évoluer avec notamment diverses configurations rapidement interchangeables. A suivre donc...

P1090748

 

Je la voulais "tempête bretonne" avec un cadre rappelant un ciel menaçant ou des toits en ardoise, des sacoches évoquant le sable ou la pierre, et les pièces argentées comme l'écume. Malheureusement, mon manque de maîtrise de l'appareil a éclairci tout le paysage pourtant bien sombre et menaçant (d'ailleurs on s'en est pris une bonne dans les minutes qui ont suivi...). Et, une fois de plus, la photo est floue...

J'ai profité du coup de vent pour aller naviguer un peu en planche à voile, puis, dès le lendemain, nous sommes partis tous les deux à l'assaut des chemins finistériens. Frédéric Bernard, l'organisateur du Gravel Tro Breizh m'a donné son accord pour suivre son tracé, mais c'est avec les fichiers perso de Paul Galéa, le vainqueur de l'épreuve (excusez du peu), que je suis parti sur un tout petit, mais très joli tronçon de cette course : Morlaix - Douarnenez. Petit retour en quelques images sur ce trait d'union entre des lieux que j'avais découvert près de 30 ans plus tôt (j'ai vécu 6 ans à Brest) mais reliés par un cheminement inédit pour moi.

P1090765

Parti de Morlaix vers quatorze heures, j'ai atteint le Mont Saint Michel de Braspart, ou Menez Mikel, en toute fin d'après midi. Ce n'est pas le plus haut sommet des Monts d'Arrée, il est d'ailleurs un peu à l'écart de la chaîne majeure, mais il est probablement celui qui offre la vue la plus étonnante. Ce jour là il faisait trop beau à mon goût. J'ai découvert ce lieu par un temps gris avec des passages brumeux. La centrale nucléaire, jamais mise en service, de Brennilis (au fond à droite) qui sortait de la brume et la musique psychédélique de Pink Floyd (Atom Heart Mother, que j'écoutais à ce moment là) ajoutaient au mystère de ce lieu de légende. Le marais en bas, le Yeun Elez, abrite le Youdig, la porte de l'enfer... C'est cette ambiance surnaturelle que m'inspire ce lieu. Ce mercredi soir, le temps était estival (estival breton...), et c'était beau aussi.

P1090767

C'est à la nuit tombante que Laure et moi avons atteint la jolie petite bourgade du Faou. Trop tard pour manger une galette mais je sais jeûner. J'ai trouvé un abri couvert où jeter mon matelas et mon duvet et passé une nuit plus reposante qu'espéré.

J'étais passé au Faou en pleine nuit un soir d'octobre 1992. Alors en formation à l'Ecole Navale, j'avais raté le transrade et entrepris le tour de la rade de Brest sur le vélo d'une amie. C'était un vélo de fille à 3 vitesses dont la selle descendait petit à petit, éclairé par une loupiotte dont la dynamo ralentissait plus efficacement le vélo que ne savaient le faire ses freins, aux patins durcis par les années, qui tentaient vainement de mordre dans l'acier chromé. Cette fois non plus, je n'avais rien trouvé à manger en passant au Faou, et, moins bien préparé que maintenant, j'avais terminé en hypoglycémie. Cet exploit m'avait valu le titre de "Warrior de la semaine" de la part de mes compagnons de chambrée, ce qui, venant de bordaches (les vrais élèves de l'Ecole Navale, futurs officiers de Marine) qui se réservaient habituellement ce titre, n'était pas le moindre des honneurs !

P1090775

Au petit matin, j'ai vu le soleil se lever au dessus des brumes. Mais une fois sur le Pont de Terenez, celle-ci donnait un côté magique à cet ouvrage résolument moderne. Quelques mètres plus loin, ayant pris pied sur la Presqu'île de Crozon, je pédalais sous un soleil radieux.

P1090778

La plage de la magnifique Anse de Dinan marque la fin de cette longue traversée terrestre de la côte nord du Finistère à son littoral oriental. En face, la Pointe de Pen-Hir et ses célèbres tas de Pois, est probablement la pointe la plus emblématique de la presqu'île.

P1090784

Peu avant le Cap de la Chèvre, l'itinéraire emprunte l'une des rares sections autorisées aux vélos du sentier côtier (à moins que le vrai sentier côtier ne soit en contrebas, t'en dis quoi Julien ?). C'est bon de profiter de ce sentier roulant dans les bruyères en fleurs ! Laure plait énormément, aux passionnés de vélo comme aux néophytes. Elle était un passeport de discussion et, m'étant simplement arrêté pour prendre cette photo, je suis reparti vingt bonnes minutes plus tard après avoir refait le monde du vélo avec un ch'ti passionné.

P1090790

Le Menez Hom marque la sortie de la presqu'île de Crozon. Du haut de ses 330mètres, il ne rivalise pas avec le Roch Trevezel ou le Tuchenn Kador, mais sa situation stratégique, à la racine de la presqu'île de Crozon, en fait un observatoire idéal sur cette dernière et, par conséquent, sur la baie de Douarnenez, la rade de Brest et le cours de l'Aulne. Fred a astucieusement fait débuter son ascension depuis la plage de Pentrez, afin de nous offrir LA montée bretonne d'une seule traite ! Bon c'est pas le Ventoux mais les nombreux visiteurs n'en sont pas moins admiratifs des exploits de ceux qui grimpent à la pédale !

P1090798

Quel régal que la descente du Menez Hom par ce superbe single entre bruyères et ajoncs en fleurs. Ça raye un peu les bras et les jambes mais c'est pas pire que le végétation ardéchoise !

P1090799

Je dois à une propriété privée sur la trace mon passage par ce magnifique sentier côtier. J'étais convaincu que tous les sentiers côtiers étaient interdits aux VTT. Il semble que non. Aucune signalétique sur celui-ci et mon ami Julien, garde du littoral à Crozon, me confirme que ce n'est pas une interdiction générale. Bon, je n'étais pas très serein pour autant et j'ai fait quelques sections à pied. Mais merci la propriété privée !!!

Ayant prévu de rentrer sur Quimper, j'ai quitté la trace un peu avant Douarnenez et rallié la capitale finistérienne par une superbe voie verte dont la voûte arborée était illuminée par les rayons du couchant. Merci Fred pour cette jolie balade !

P1090804

P1090805

Et voilà, les vacances bretonnes de Laure s'achèvent sur ces deux photos de l'Aber Wrac'h, symboles des vacances de mon enfance. Pour moi ce paysage c'est le début des vacances, l'instant où on découvrait la mer juste avant d'arriver sur le campement de Tonton Jean et Tante Mimi, c'est déjà presque la Bretagne. Pourquoi presque ? Parce que tant que je n'étais pas sur la plage à soulever le goëmon avec Tonton Jean à la recherche des crabes, ce n'était pas encore la Bretagne...